Liens

Liens Internet :

Sociétés savantes, Associations… qui se préoccupent de prendre en charge le malade atteint de douleur aiguë ou chronique et/ou qui nécessite des soins palliatifs (cliquez ici)

Une société savante, qui souvent aussi portait le nom de société d’émulation, est une association d’érudits.

Une société savante regroupe des experts qui, par leurs travaux et leur réflexion, font avancer la connaissance dans leur domaine d’activité.

En France, l’essor des sociétés savantes date du XVIIIe siècle ; ces associations ont beaucoup contribué au rayonnement de la science dans les régions françaises, et à la diffusion des thèmes chers au siècle des Lumières. Elles ont parfois réuni d’importants fonds d’archives de grand intérêt historique et scientifique (Wikipédia).

La Bibliothèque Nationale de France met en ligne les publications des sociétés savantes de Lorraine.

Lien vers la Bibliothèque Nationale de France : http://www.bnf.fr (cliquez sur le lien).

 

 

Société de Médecine de Nancy

Annales Médicales de Nancy, 1970 (François STREIFF)

Le 16 octobre 1843, Edmond SIMONIN, fondateur de la Société de Médecine de Nancy,

définit dans son rapport annuel sur la première année d’activité,

les raisons qui conduisirent six jeunes médecins à fonder cette Société de Médecine.

______________

Lu sur « herodote.net » :

Le 29 janvier 1635, le cardinal de Richelieu signe les lettres patentes qui fondent l’Académie française.

Son nom vient du jardin Akademos, à Athènes, où Platon enseignait la philosophie. Sous la Renaissance, on a pris l’habitude d’appeler ainsi les sociétés savantes où l’on discutait de belles lettres et de sciences.

L’Académie française est issue d’un petit groupe d’érudits qui se réunissaient chaque semaine chez l’un d’eux, Valentin Conrart, secrétaire du roi Louis XIII.

L’habile cardinal de Richelieu a l’idée de s’attacher ces gens de lettres et de les mettre au service de l’État et de la monarchie. Il invite les érudits à se constituer en corps officiel et leur accorde sa protection.

La nouvelle Académie se voue à la langue française. L’article 24 de ses statuts énonce : «La principale fonction de l’Académie sera de travailler avec tout le soin et toute la diligence possibles à donner des règles certaines à notre langue et à la rendre pure, éloquente et capable de traiter les arts et la science…»

Valentin Conrart, premier secrétaire perpétuel de l’Académie, avalise la pratique des réunions hebdomadaires destinées à la rédaction d’un Dictionnaire de la langue française.

En 1638, Richelieu, soucieux de faire taire les railleries autour de la jeune Académie, l’engage à donner son sentiment sur la tragédie du «Cid», qu’a donnée Corneille un an plus tôt. C’est l’unique fois où l’Académie s’érige en arbitre littéraire.

academie

Académie ou réunion d’amateurs

Les frères LE NAIN, Louvre, Paris

Mise à jour : 2014-07-12, 01:03:57.