Inscription

Inscription, bulletin d’adhésion  à la Coordination Lorraine Douleur – Soins Palliatifs – Accompagnement

Pourquoi adhérer à COLORDSPA ?

Vous êtes professionnel de la santé ou bénévole d’accompagnement et la prise en charge de la douleur et/ou des soins palliatifs vous tient à coeur, alors COLORDSPA vous soutiendra dans votre action au travers des réunions plénières (conférences, actualités…), des formations et des Groupes de Travail Spécifiques (GTS) qui vous permettront de devenir des acteurs privilégiés.

Pourquoi cotiser ?

Votre cotisation (15 €) soutiendra les actions de COLORDSPA et vous permettra de surfer sur l’intégralité du site Internet pour, entre autres, le téléchargement de documents continuellement mis à jour.

 

Pour adhérer à COLORDSPA, cliquez sur : Bulletin d’adhésion mars 2016

Veuillez adresser votre bulletin d’adhésion au Docteur Jean-Louis ZITOLI, secrétaire de COLORDSPA (adresse postale ou Mail en bas de page du bulletin d’adhésion). Votre demande d’adhésion sera examinée en Conseil d’Administration. En cas d’acceptation de votre demande et lorsque vous serez à jour de cotisation, vous obtiendrez par E-mail votre identifiant et votre mot de passe pour naviguer sur le site Internet de COLORDSPA.

Pour vous mettre à jour de cotisation, remettez un chèque de 15 € libellé au Nom de COLORDSPA au Docteur Sophie TOUSSAINT, trésorière de COLORDSPA, lors d’une séance plénière ou envoyer votre chèque à l’adresse suivante :

TOUSSAINT SOPHIE

Association COLORDSPA

147 , boulevard d’HAUSSONVILLE

54000  NANCY

Les séances plénières se tiennent en moyenne tous les deux mois (cf. menu AGENDA/ Réunion plénière).

L’adhésion à COLORDSPA est réservée aux professionnels de la santé et aux bénévoles d’accompagnement qui se préoccupent de prendre en charge les patients douloureux et/ou nécessitant des soins palliatifs.

Etre à jour de cotisation évite cela :

Sécurité

(Vu sur « http://msdn.microsoft.com/fr-fr/bb608691.aspx »)

_________________________________

Jacques-Louis David Andromaque pleurant la mort d'Hector

Jacques-Louis David (1748 – 1825)

Andromaque pleurant la mort d’Hector

Lu sur « salon-litteraire.com » :

Racine : résumé de Andromaque (1667)

Après la prise de Troie, Andromaque, veuve d’Hector, et son fils Astyanax sont échus en partage à Pyrrhus, roi d’Épire. Celui-ci, déjà fiancé avec Hermione, fille de Ménélas, diffère de jour en jour son mariage parce qu’il est épris de sa captive. Mais Pyrrhus n’a pas compté avec la haine des Grecs contre la race d’Hector. Irrités d’apprendre que le roi d’Épire songe à épouser Andromaque, ils envoient Oreste auprès de lui pour le sommer de leur livrer le jeune Astyanax qu’Andromaque a dérobé à la mort en lui substituant un autre enfant. Oreste, qui aime Hermione malgré les dédains dont elle a payé son amour, a accepté cette mission dans l’espoir de vaincre sa résistance. Pyrrhus refuse d’accéder à la demande des Grecs mais, irrité du refus qu’Andromaque oppose à ses vœux pour rester fidèle au souvenir de son époux, il la menace de livrer Astyanax à ses mortels ennemis. C’est en vain que la veuve d’Hector le supplie en pleurant en faveur de son fils et lui reproche sa cruelle rigueur. Pyrrhus reste inflexible. Andromaque se dévouera donc, mais pour rester fidèle à la mémoire d’Hector, elle est décidée à mourir après la cérémonie nuptiale. À la nouvelle du mariage de Pyrrhus avec sa captive, la fureur d’Hermione ne connait plus de bornes. Elle ordonne à Oreste d’immoler Pyrrhus devant l’autel et lui promet de l’épouser à ce prix. Oreste y consent et assassine Pyrrhus ; mais à peine Hermione a-t-elle appris la consommation du crime, qu’épouvantée, elle repousse le meurtrier avec horreur, l’accable de malédictions et court se tuer sur le cadavre de celui qu’elle aimait. Oreste éperdu, se sent en proie à son tour à toutes les furies vengeresses.

Cette tragédie est le plus touchant modèle de tendresse maternelle et de piété conjugale. Son succès rappela celui du Cid par l’exagération des éloges comme par la violence des critiques ; c’est de toutes les tragédies de Racine celle qui produit le plus d’effet au théâtre par l’énergie et la vérité des passions et une continuelle alternative de crainte et d’espérance, de terreur et de pitié. Le caractère élevé, calme d’Andromaque forme un heureux contraste avec les passions violentes dont elle est entourée. Le rôle de Pyrrhus fut vivement attaqué à cause de ses emportements.

Cette histoire complexe mêlant amour, espoir, fidélité et mort, n’est pas sans nous rappeler le passé souvent lourd de souffrances de nos patients douloureux chroniques. La douleur devient alors le langage de la souffrance et se transforme petit à petit, insidieusement, en alibi de la propre survie du malade malgré les affres qu’il a enduré. Mais qu’on ne s’y trompe pas, cette douleur n’est jamais imaginaire mais réellement ressentie par le patient. Il s’agit alors pour nous, professionnels de la santé, de lui faire comprendre que « nous n’avons pas un corps mais que nous sommes un corps » et que ce corps qui semble nous trahir n’est que le reflet de notre propre fidélité à nous même, fidélité servant à maintenir une image narcissique suffisamment forte pour ne pas basculer vers l’acte de « séparation ». (GT)

Mise à jour : 2016-04-14, 16:34:55.